I recently developed the Puppet module Asher256/puppet-lizardfs that can help you configure LizardFS, a highly-available distributed file system (DFS).

The Puppet module Asher256/puppet-lizardfs is an open source project. Community contributions are essential for keeping it great. I encourage you to contribute to the project. Send me your pull requests on Github! Currently, puppet-lizardfs supports the operating systems Debian/Ubuntu and RedHat/CentOS.

Lire la suite »

J’aimerais vous annoncer la publication d’un nouveau module puppet-lizardfs (offrez moi un petit « star » sur le Github de Puppet-Lizardfs pour encourager le projet puppet-lizardfs, cela me fera plaisir 😉 ) qui vous permettra de configurer le système de fichier distribué LizardFS sous Linux (Debian et CentOS/RedHat) avec le gestionnaire de configuration Puppet.

lizardfs

Fonctionnalités du module:

  • Configuration du LizardFS Master/Shadow (pour le metadata)
  • Configuration du LizardFS Chunkservers (le contenu des fichiers / chunks)
  • Configuration du LizardFS Metaloggers (backup du metadata)
  • Configuration de l’interface LizardFS CGI (GUI pour les LizardFS Master)
  • LizardFS client
  • Haute-disponibilité du LizardFS Master/Shadow avec Keepalived et un script de failover automatique
  • Bientôt: haute-disponibilité grâce à Pacemaker (une version alpha est dans le dépôt Git puppet-lizardfs)

Lire la suite »

  • Commentaires fermés sur Configurer LizardFS (système de fichier distribué sous Linux) avec Puppet
  • Tags:

Accidental shutdown or reboot is a serious blunder, especially if the kernel is being updated in the background.

I recommend you to use systemd-inhibit to prevent Linux from shutting down while your important cron jobs are running (e.g. operating system update scripts):

systemd-inhibit --why="Doing update" ./my-update-script.sh

systemd-inhibit will block the shutdown or reboot until the update script is finished.

Additional options:

  • –who= »your name »
    A human-readable name
  • list
    List all active inhibition locks
  • Commentaires fermés sur Temporarily prevent Linux from shutting down
  • Tags:

You can use the shell script below to route and masquerade traffic coming to a network interface (« in_nic » variable) to another one (« out_nic » variable):

#!/bin/sh

set -e
set -u

in_nic=eth0
out_nic=eth1

# Flush old iptables rules
iptables -F; iptables -X
iptables -t nat -F; iptables -t nat -X
iptables -t mangle -F; iptables -t mangle -X

# Iptables policies (accept OUTPUT only)
iptables -P INPUT DROP
iptables -P FORWARD DROP
iptables -P OUTPUT ACCEPT

# Route and masquerade traffic 
iptables -A FORWARD -i "$in_nic" -o "$out_nic" -j ACCEPT
iptables -A FORWARD -i "$out_nic" -o "$in_nic" -m state --state RELATED,ESTABLISHED -j ACCEPT
iptables -t nat -A POSTROUTING -o "$out_nic" -j MASQUERADE

(the script is also available on gist: iptables-route-masquerade-traffic.sh)

  • Commentaires fermés sur How to use Linux and Iptables to route and masquerade ipv4 network traffic
  • Tags: ,

Vim / gVim, éditeur texte, une icône

Vim a depuis assez longtemps été mon éditeur de texte préféré !

C’est un peu mon couteau suisse de l’édition de texte. Je l’utilise pour rédiger mes notes, modifier les fichiers de configuration de mes serveurs distants ou programmer (GShutdown ou Jargon Informatique ont été entièrement écrits avec cet éditeur !).

Les aspects qui m’ont toujours séduits dans cet éditeur c’est son côté geek, avec ses centaines de fonctions permettant de faire tout et n’importe quoi, et son extensibilité (j’en parlerai dans un autre billet, pour vous faire découvrir les plugins à ne pas rater), grâce aux plugins. Lire la suite »

Il vous est probablement déjà arrivé, sous GNU/Linux, d’avoir besoin de lancer un de vos programmes ayant une interface graphique, comme Firefox, ou un programme louche que vous venez de télécharger, avec un autre utilisateur, sous votre session X actuelle, sans pour autant en ouvrir une autre.

Il y a plusieurs façons de faire cela. Par exemple se connecter avec ssh en localhost, avec l’option -X ou -Y, ou utiliser xhost. Le souci, c’est que le premier est un peu lent (par exemple, pour lancer un jeu vidéo). Quand au deuxième, il n’est pas terrible du côté de la sécurité (ah les souvenirs… Polluer les displays des autres 😛 ).

Une des solutions les plus intéressantes est d’exporter votre clé avec xauth, pour l’importer ensuite dans l’utilisateur qui vous intéresse ! Lire la suite »

Fltk est une bibliothèque logicielle pour le langage de programmation C++. Elle permet la création facile et rapide d’interfaces graphiques multi-plateformes (qui fonctionnent sous GNU/Linux, Microsoft Windows et Mac OS X).

J’aimerais vous présenter cette librairie car, en plus d’être légère et efficace, c’est la première que j’ai apprise et utilisée pour l’interface graphique de certains logiciels que j’ai développés par le passé, comme Jargon Informatique ou VBA Express. Je garde un bon souvenir de son efficacité et de sa facilité d’utilisation !

Screenshot de l\'interface graphique du Jargon Informatique

(exemple d’interface faite avec Fltk et Fluid) Lire la suite »

Dans cet article, vous découvrirez comment faire en sorte que Vim ait un système de templates.

Les templates sont assez utiles pour gagner du temps. Une fois que vous aurez appliqué l’astuce de cet article, Vim remplira automatiquement vos nouveau fichiers (vierges donc) avec le contenu de votre choix !

Vim / gVim, éditeur texte, une icône

Lire la suite »

Dans les dernières version d’Ubuntu (et dans d’autres distributions GNU/Linux), vous avez probablement remarqué que les systèmes de fichiers dans /etc/fstab ont été remplacés par des UUID. Lire la suite »

Si vous avez déjà lu quelque chose sur les règles typographiques françaises, vous savez qu’il faut insérer une espace avant les signes de ponctuation doubles ( ! ? ; : ) et après d’autres caractères, comme les guillemets français : « ».

Le souci, c’est que dans la pratique, il arrive qu’un mot ou un caractère revienne à la ligne quand il est précédé par une espace, ce qui ne fait pas très « beau » (en plus d’être incompatible avec les règles typographiques).

Par exemple, supposons qu’on soit limité à 20 caractères par ligne et que la phrase « Oui, Salut le monde ! » se trouve dans une seule et même ligne :

--------------------
Oui, Salut le monde
!
--------------------

Le point d’exclamation a été automatiquement mis dans la deuxième ligne alors que « monde » est resté dans la première. Le mieux aurait été d’avoir ce résultat (automatiquement, sans faire descendre « monde » manuellement !) :

--------------------
Oui, Salut le
monde !
--------------------

Lire la suite »